Georges Faget-Bénard
Peintre graphiste




1974/1975

invitation

Je ne me prends évidemment pas pour le centre du monde. Un pet de lapin sur une toile cirée, plutôt. Mais l'expérience de la solitude m'a appris que chacun est, malgré tout, le centre de ce qu'il vit et lui arrive, à lui, personnellement. Ce monde, cette vision particulière du monde commence et se termine avec lui. Quelque soit l'Histoire qui se déroule au dehors.
C'est la richesse de cet univers où chaque individu, y compris le plus petit, le plus inutile aux yeux des autres possède en lui une bibliothèque totalement originale, qu'il est seul à détenir. C'est à ce titre - et parce que j'ai la chance de pouvoir le faire - que j'écris ces lignes. Elles n'engagent que moi. Et ne nient personne.

Pots de couleur

Pendant des années, ce monde m'a paru plat, inaccessible, comme fait de deux dimensions. Il ne contenait pas beaucoup de couleurs. Les gens et les choses m'apparaissaient comme des constructions intellectuelles ; des idées plus que des réalités. Comme je n'ai rien à reprocher à personne, aucune haine ne pouvait donner d'existence à cette agitation, même négative. Il a fallu beaucoup de temps et d'effort pour parvenir à la dimension affective qui donne au monde son relief, sa profondeur et sa hauteur.

Tania Staquet

Tania Saintova est l'épouse de Georges Staquet, qui interprètait le gardien de la prison dans "Hommes". Une amitié très affective nous lie depuis lors. Nous devisons des heures, Tania et moi, jusqu'à ce que Georges se lève en soupirant : "Bon. Vous m'endormez. Je monte."
Tania écrit des poèmes qu'elle destine, par modestie, aux enfants. D'origine Arménienne, elle a été pendant des années pigiste puis correctrice dans un journal parisien. Son écriture est drôle, incisive, pleine d'invention, de couleurs et de goûts ( elle adore manger, malgré son embonpoint). Elle me prosose d'illustrer le recueil qui va être publié par les éditions Chambelland. Bien entendu, j'accepte.

Marie-Palmyre

Je comprends que j'ai beaucoup de chance. Je rencontre chaque fois la personne adéquate. Tout semble s'organiser pour me permettre d'avancer dans ce que je considère comme essentiel : "avoir le temps". Le temps de lire, d'écrire, de réfléchir, d'apprendre, de vivre, de regarder le monde. Rien ne me rebutte puisque tout est découverte. Ce qui signifie que le paysage change tout le temps, qu'il ne faut rien refuser, tout expérimenter. Enfin, tout ce qui m'intéresse. Il est vrai qu'à l'arrivée, le sac à souvenirs est assez disparate, voire contradictoire, mais il est conforme à mon désir.