Georges Faget-Bénard
Peintre graphiste



En août 1964, Herbert Pagani prépare sa première expo à la Galerie Pierre Picard.

Né à Tripoli, (La Lybie était une colonie italienne) Herbert Haggiag Pagani fait des études primaires en Italie, en Suisse, en Autriche, puis ses études secondaires à Milan et à Saint Germain en Laye où il est recueilli par le Poète Jean Rousselot.
Artiste polyvalent, il va faire une belle carrière de chanteur en France comme en Italie, traduisant Brel, par exemple ou écrivant ses propres textes. Il va également animer une radio italienne.
C'est l'époque du "Matin des Magiciens", des "Parapluies de Cherbourg" et de "West Side Story". Adamo chante "tombe la neige, tu ne viendras pas ce soir". Nicoletta hurle dans les boites, le soir, et Bob Asklof est encore vivant.

Nous avons en commun un appétit de vivre propre aux ambitieux, même lorsqu'ils ne le savent pas. Car nous n'avons ni l'un ni l'autre la moindre idée de ce qui pourrait nous arriver : rien n'est défini, rien n'est en vue sinon un long ruban inconnu qu'il va falloir remplir. Nous n'avons pour nous qu'une "certaine" énergie au final assez convaincante, qui va nous porter vers la scène et nous imposer dans le " monde".
Par ce trait, nous différons radicalement de nos contemporains et de nos proches : ils savent tous déjà ce qu'ils vont faire, leur vie semble toute tracée, ils envisagent déjà femme et enfants, belle carrière et piscine en vue.
Nous ne savons rien, ne voyons rien. Tout est là, concentré dans le présent, dans la chose qui se fait, dessin ou écriture. Le mois se passe à organiser l'expo d'Herbert. Il habite une chambre au dernier étage d'un immeuble-palace et là s'entassent dessins et petites oeuvres au pastel à l'huile dont il me montre la technique.

Puis chacun repart dans son tourbillon de vie. Moi avec le sentiment de m'être croisé moi-même. - il me dira la même chose plus tard - Toute la période de ma peinture des années 70 lui est dédiée.
Nous nous revoyons en 1978 alors qu'il chante au Théâtre de la Ville. Je joue au Studio des Champs Elysées. Tard dans la nuit, après nos représentations réciproques, nous nous racontons nos vies. Les mêmes choses pratiquement aux mêmes dates. Jusqu'à ce que en 1988, atteint d'une artérite, je fais une embolie, m'en sors de justesse.
Et j'apprends sa disparition.