Alphonse de Neuville

Tombe d'Alphonse de Neuville

LE CIMETIERE DE MONTMARTRE (suite)

Pendant des siècles, toute la ville va se fournir en gypse et en pierre à partir de Montmartre, ce qui fera dire qu'il "y a plus de Montmartre à Paris que de Paris à Montmartre"...On y respecte néanmoins le "Chemin de Dames", chemin emprunté par les Abbesses pour rejoindre leur annexe de Boulogne, aujourd'hui la Rue des Dames, qui poursuivait l'actuelle rue des Abbesses au travers des carrières et du no man's land.

Exploitées intensément au fil du temps, on finit par les abandonner vers la fin du 18e siècle et totalement au début de la Révolution Française où l'on y jette les corps de personnes tuées pendant les diverses émeutes, dont probablement les Suisses (300 environ) tuées aux Tuileries le 10 août 1792.
Le lieu devient vite un dépotoir de toutes sortes sous le nom de "Barrière Blanche".

 

En septembre 1798, sous le Directoire, l'administration Parisienne achête un terrain de 1 hectare 27 ares dans le lieu dit "les Grandes carrières" pour y établir un cimetière pour la population de la rive droite en remplacement de celui qui a été ouvert en haut de la rue Pigalle en 1782 qui, depuis la construction du mur des Fermiers Généraux, se trouve à présent enfermé dans l'enceinte de Paris. (En principe, on relègue les cimetières en dehors de la capitale, sous la pression de l'extension des habitations, puis des promoteurs...).

Ce nouveau cimetière est nommé "Champ du repos" ou "Cimetière sous Montmartre", mais il est trop petit et mal tenu, il ferme pendant 13 ans jusque 1806/1808 environ. Enfin, à la suite d'expropiations et d'acquisitions successives échelonnées entre 1818 et 1824 le Cimetière du Nord voit sa superficie portée à 12 hectares et peut ouvrir en 1825. Nous sommes sous la Restauration. Louis XVIII est mort. Charles X, son frère, lui succède. Une chapelle expiatoire à été élevée à la mémoire de Louis XVI et Marie-Antoinette près de ce qui sera le Boulevard Haussmann. On poursuit les travaux entrepris sous le premier Empire. On achève la Bourse, le canal Saint Martin, trois ponts sont construits sur la Seine et l'éclairage au gaz se répand. L'on s'avance vers les émeutes de 1830 et la création de la premiere ligne omnibus "Madeleine-Bastille..

 

 
 
Retour au sommaire
Suite