VILLIERS-LE-BEL

 

Villiers-le-Bel est un village situé à 10 kilomètres de Sarcelles et 30 de Paris, sur la route qui conduit à Chantilly. Le fief de Villiers appartient, jusqu'au XIe siècle, au clergé. Un fief est un salaire distribué à titre temporaire, mais reste la propriété du donneur.
On ne connaît pas les circonstances par lesquelles la famille Le Bel prend possession du lieu. Le premier "maître " dont on a conservé les archives se nomme Raoul-le-Bel, fils de Raoul-le-Bel de Montmorency, en 1094. Mais le premier que les écrits retiennent se nomme Baudoin-le-Bel de Montmorency. Il est le rameau de départ de la famille. Famille qui n'a pas de rapport avec Philippe-le-Bel et prend le nom "de Villiers " à partir de 1198 pour finir avec le Prince de Condé qui garde la seigneurie jusqu'à la révolution. Si Sarcelles possède son grand homme en la personne d'Eugène Canceliet, disciple et ami de Fulcanelli, Villiers-le-Bel a son peintre : Thomas Couture. C'est par lui qu'on connaît le détail de l'envahissement de la région par les prussiens lors du siège de Paris, en 1870. La population, dans un élan général, fuit devant la menace. Thomas Couture raconte : " comme tout le monde fuyait, je voyais, d'une terrasse située au bout de mon parc et dominant la grand route d'Ecouen à Paris, défiler des voitures de toutes sortes : aux coupés de maîtres se mêlaient les charrettes des paysans, bondés de leurs meubles, de leurs enfants et suivis de leurs bestiaux. Puis tout disparut et à ces cris, ces effarements succéda le silence ". L'exode précède de 3 jours l'arrivée des troupes ennemies. La majeure partie des habitants de Gonesse quitte leur commune, imité par ceux de Villiers-le-Bel, qui emporteront avec eux ceux de Pierrefite et Sarcelles, puis de Saint Denis. retour au texte